ADSENSE

HCYN SEARCH

Google

EL PRECIO DEL AZUCAR ...

...HAITI YA TIENE UN PRIMER MINISTRO...LA NOMINACION DE LAURENT LAMOTHE COMO PRIMER MINISTRO HA SIDO 3 VOTOS EN CONTRA Y 2 ABSTENCIONES...LAURENT LAMOTHE DEBREA CONSTITUIR SU GOBIERNO Y PRESENTAR SU POLITICA GENERAL DELANTE DEL PARLAMENTO PROXIMAMENTE...

LIVING WITH ONE DOLLAR A DAY

lunes, 7 de noviembre de 2011

Nouveau report de la séance d'interpellation du ministre de la justice

Le président de l'assemblée nationale, le sénateur Rodolphe Joazile, informe avoir suspendu la séance d'interpellation du ministre de la justice, maitre Josué Pierre-Louis et le secrétaire d'Etat aux affaires étrangères, maitre Pierre-Michel Brunache, pour une période de 10 jours francs. Ce nouveau report de la séance d'interpellation est une demande de plusieurs sénateurs, dont les sénateurs Joseph Lambert, Jean William Jeanty, Andrice Riché, entre autres.
Apres les informations recueillies de certains membres du conseil supérieur de la police nationale (CSPN), ces parlementaires estiment que le ministre de la justice n'est pas le seul qui aurait sa main trempée dans l'arrestation illégale et arbitraire du députe Arnel Belizaire.
Pour arriver à trouver les vrais coupables de cet acte et fixer les responsabilités dans ce dossier, l'assemblée des sages a mis sur pied une commission composée de cinq sénateurs-membres : François Anick Joseph, Andrice Riché, Simon Dieuseul Desra, Joseph Joël John, Jean William Jeanty.
En marge de la séance d'interpellation du garde des sceaux et du secrétaire d'Etat aux affaires étrangères, les sénateurs avaient entendu certains membres du CSPN parmi lesquels le directeur de la police nationale, Mario Andrésol, qui a révélé que c'est sur l'ordre de maitre Josué Pierre-Louis que l'élu de Delmas/Tabarre a été conduit au pénitencier national après son arrestation à l'aéroport International Toussaint Louverture, le jeudi 27 octobre dernier.
Rappelons que peu avant la suspension de la séance, les sénateurs Moise Jean Charles et Jean Baptiste Bien-aimé, insatisfaits du nouveau report de la séance d'interpellation, ont dû quitter la salle en qualifiant de honte pour la nation haïtienne en général et pour le grand corps en particulier qui hésite sur une sanction à prendre contre certains membres du gouvernement impliqués dans l'affaire Belizaire qui est, selon eux, une dérive de trop du gouvernement Martelly/Conille.
GA/Radio Métropole Haïti
http://www.metropolehaiti.com/metropole/full_une_fr.php?id=19867